La coutellerie à Pézenas

 

Saviez vous que Pézenas fut jadis un grand centre de coutellerie?

 Savez vous ausi que Pézenas est supposé etre le lieu de création du célèbre couteau dénommé "capucin"?

Pézenas possède un passé historique tellement riche qu'aucun historien n'a daigné se pencher sur le sujet; la plupart l'ignorent meme totalement. Pourtant, dans le milieu coutelier, tout le monde le sait. On y fabriquait bien sur des outils pour travailler la vigne, tels que serpes, serpettes, greffoirs,vendangettes sécateurs, mais aussi des rasoirs, couteaux de cuisine et, bien entendu, des couteaux pliants.

On y fabriquait en particulier des couteaux dits "à la capucine" et des Montpellier. Ce genre de couteaux dits "à deux clous", dont l'origine remonte au XVIIIè siècle, sont d'une fabrication très rustique avec un manche en corne de bovin ou de mouton et plus rarement en bois.

Le Montpellier est un couteau de marin aux lignes épurées, d'une sobriété qui lui confère une grace incomparable. Il équipait tout le petit monde des pécheurs et de la marine marchande qui exerçait le long des cotes de la méditerranée française.

Quant au capucin, c'est le couteau rustique par excellence; le couteau du pauvre, du berger, l'équivalent de l'actuel Opinel.Un couteau bon marché, qui taille bien, réduit à l'essentiel

Un poete obscur du XVIIIè siècle avait tourné en vers une vieille formule;

il disait:

"Nous avons de si riches plaines

et de si riches coteaux

que si l'on y plantait des graines

il y pousserait des couteaux."

C'est ce qui s'est passé à Pézenas: la  vigne exposée sur les coteaux et occupant la plaine a fait naitre l'industrie coutellière.

Tout ce petit monde avait besoin d'instruments tranchants pour le travail et la vie quotidienne. Cette industrie s'est développée jusqu'à devenir florissante: au milieu du XIXè siècle (1836) Pézenas comptait 13 couteliers.

En 1875, il y en avait toujours une dizaine, puis le chiffre s'est amoindri à cause du modernisme: les couteliers ne sont plus fabricants mais revendeurs d'une marchandise importée de Thiers avec un rapport qualité-prix particulièrement intéressant; la main d'oeuvre n'a plus raison d'etre.

Au XXè siècle, seule la maison Tarniquet peut revendiquer le titre de coutelier et, malgré un petit magasin ( miraculeusement conservé par ses héritiers) elle ne fermera ses portes que vers les années 50

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×